Un art martial traditionnel et moderne...

L’Aïkido est un art martial d’origine japonaise. C’est le principe de non-violence qui prédomine.

Créé par Maître Morihei UESHIBA en 1940 au Japon, l’Aïkido est la rencontre de plusieurs arts martiaux tel que le ju-jitsu ou le ken-jitsu (attaque au sabre japonais « katana »).

 

Mais c’est un principe de paix qui prédomine même si on utilise toujours dans l’aïkido des armes en bois : tanto (couteau), boken (sabre) et jo (bâton).

L’aïkidoka apprend à utiliser la force et l’énergie de son assaillant en la retournant contre ce dernier. Il s’agit de décourager son adversaire et non de le détruire.

 

Toutes les techniques d’Aïkido s’inscrivent dans une série de mouvements circulaires destinés à rejeter toutes les formes d’agressivité dans le vide. Ces techniques se pratiquent indifféremment à genoux, debout, à droite, à gauche.

 

Pour lutter contre les agressions modernes

 

Chaque séance commence par un salut général. Il s’agit d’évacuer la tension du quotidien, de se vider de son stress et de combattre tout sentiment d’insécurité. Quand on vient faire de l’Aïkido, on fait abstraction de l’environnement extérieur. Cette discipline favorise l’évacuation des problèmes.

 

L’Aïkido permet une meilleure réaction dans les situations d’agression en supprimant les craintes. Il apporte aussi quelques clés pour avoir tout simplement confiance en soi. Il développe des facultés de concentration et de maîtrise de soi.

Sur le plan physique, cette pratique développe la souplesse, favorise le relâchement musculaire et améliore le placement du corps. Il a pour but de développer l’endurance, la résistance à la fatigue et il augmente le dynamisme.

 

Cette discipline est tout à fait adaptée aux enfants et aux adultes car aucun coup n’est porté et la souplesse est de rigueur.

C’est d’ailleurs un des arts martiaux le plus pratiqué par les femmes.

Le club à Saint Paul trois Châteaux

L’Aïkido Club Tricastin a été créé en 1976 à l’initiative de Michel Laurent, 85 ans cette année, qui a beaucoup contribué au développement de l’Aïkido en France et à sa pratique dans la Drôme de Montélimar à Pierrelatte.

 

Aujourd’hui le club compte 40 licenciés enfants et adultes de niveau débutant à ceinture noire.

Trois professeurs prennent en charge les cours d’Aïkido le mercredi et le vendredi avec chacun leur personnalité et leur niveau (du 1er dan au 4ème dan).

 

Au total 7 « ceinture noire » et une vingtaine « d’hakama » (tenue traditionnelle japonaise, souvent confondu avec une jupe c’est en fait un pantalon large que l'on porte par dessus le pantalon du kekogi) s’entrainent régulièrement et mouillent les tatamis.

Une partie des partiquants autour de Stéphane LECUYER (à côté de Manon) 4ème Dan et professeur des cours du vendredi
Une partie des partiquants autour de Stéphane LECUYER (à côté de Manon) 4ème Dan et professeur des cours du vendredi

Télécharger
Présentation générale saison 2016 - 2017
livret présentation générale 2016 - 2017
Document Adobe Acrobat 1.3 MB

Les grades en Aïkido

Vous ne trouverez pas d'autres couleurs de ceinture que le noir et le blanc en Aïkido contrairement à d'autres arts martiaux comme le judo.

Les différents niveaux ne sont donc pas "visibles" lorsque l'on pratique.

 

...d'ailleurs est-ce bien utile ??

 

En effet aucune compétition n'existe en Aïkido

 

Les débuts en Aïkido

Tout le monde débute avec la ceinture blanche que l'on garde jusqu'à l'obtention de son shodan (ceinture noire 1er dan).

 

La progression est divisée en 6 kyu (niveaux) qui valident la progression du pratiquant

la progression est détaillé ici dans le guide du débutant

 

Débutant            6ème kyu

Progression         du 5ème kyu jusqu'au 1er kyu

Shodan               remise de la ceinture noire

 

Les kyu sont attribués par le professeur qui valide non seulement les connaissances techniques de l'élève mais aussi sa progression personnelle.

En effet chacun pratique l'Aïkido à sa façon suivant sa corpulence, son âge, sa souplesse, sa coordination, son nombre d'heure d'entrainement par semaine (etc...) et progresse donc différement.

 

C'est donc aussi grace à une bonne connaissance des capacités de l'élève que le professeur valide son niveau à travers les passages de kyu.

 

Les grades en Aïkido ne sont donc pas là pour sanctionner les pratiquants mais bien pour les accompagner dans leur travail.

Le hakama

Le hakama est une tenue traditionnelle japonaise.

C'est un pantalon ample que l'on utilise en Aïkido de couleur noire ou bleue (voir blanche, pourpre, marron,...).

 

Le professeur décide d'en autoriser le port à partir du moment où il juge que l'élève est capable de bien chuter sans se mettre en danger.

 

Il est souvent lié au passage du 3ème kyu et marque un changement important pour l'élève (à l'aïkikai il est porté par les femmes au 3ème kyu et par les hommes au 1er dan).

 

En effet c'est un visuel fort sur le tatamis pour les autres pratiquants mais c'est aussi une difficulté supplémentaire pour les déplacements de l'élève sur le tapis.

 

C'est le seul signe vraiment distinctif que l'on observe en Aïkido entre un débutant et un gradé.

 

Mettre son hakama et le plier en fin de cours est aussi un nouvel apprentissage que vous pouvez voir ici.

Ceinture noire

La symbolique de cette ceinture en occident est bien éloignée de son origine japonaise.

 

En effet la ceinture noire 1er dan (shodan) est en fait le début du véritable apprentissage de l'Aïkido.

 

C'est devant un jury de deux professeurs issus des deux fédérations française d'aikido FFAB et FFAAA que le candidat présente son Aïkido.

 

L'examen se déroule en environ 15 minutes et toutes les techniques peuvent être demandées sur différentes attaques.

 

On peut présenter devant un jury le 2ème dan (nidan), le troisième dan (sandan) et 4ème dan (yondan).

 

Au delà les dans sont attribués par les plus hauts gradés des fédérations qui sont les gardiens de la "voie".

 

On estime que l'on ne peut pas obtenir un grade supérieur au 8ème dan, le grade de O Sensei créateur de l'Aïkido.

 

Au Japon les dans sont attribués au sein même du dojo de l'élève jusqu'au 2ème dan par le professeur (pour les mêmes raisons que l'on octroi les kyu au sein du dojo).

 

Les élèves sont ensuite présentés devant le maître (sensei) du professeur dans son propre dojo.

Cela garantie la continuité dans le style et la recherche du sensei.

 

On choisis donc son professeur suivant son sensei et son "style" de pratique.

 

L'école japonaise d'Aïkido la plus connue en France est l'aïkikai de Tokyo qui remet aussi ses propres grades (voir ci-dessous).

 

Mais il en existe bien d'autre inconnues en France.